Mas Sarda

localisation géographique: 

coordonnées: 

Latitude: 42.84983
Longitude: 2.85692

développement: 

100m

dénivellation: 

80m

I - Historique :

Connu depuis toujours, visité par les anciens, cet aven dont la profondeur totale reste à préciser, semblait peu fréquenté.

En Novembre 2018 L'agrandissement de l'étroiture intermédiaire permet de gagner le réseau inférieur. Puis en mars 2019 l’entrée, mise en conformité, est équipée d'une porte ouverte à tous.

II - Situation :

Dans le village d’Opoul, suivre plein Ouest, la route qui mène à l’air de jeux. La route se transforme en piste et permet de se garer à une vingtaine de mètres de l’aven. Ce dernier est à 3 ou 4 mètres au bord du chemin direction Ouest. 20 m plus loin, mais sur le côté opposé, se dresse une ruine et un peu plus loin se trouve l’aven du «Pas Estret ». Le chemin se termine, proche du pylône, par une vue magnifique sur le canyon du Pas Estret ou sinue le Roboul. La zone interdite militaire serpente dans le secteur.

 

III - Description :

L’entrée donne 4 m plus bas sur un énorme bloc coincé dit « le menhir » ou les volumes s’accroissent. Les cailloux qui partent  atterrissent 40m plus bas, d’où la nécessité de progresser avec prudence. Un puits d’une trentaine de mètres doté de quelques ressauts permet d’atteindre le plan incliné final de ce qui est une grande salle déclive allongée de 8 à 10 m de long orientée Nord/Sud. Le sol est garni de rocs tombés du haut.

Au Nord se tient une petite salle. L’extrémité Sud donne accès par l'étroiture mise en conformité et un court méandre plongeant, au réseau inférieur.

En sortie du méandre on débouche dans une salle inclinée et avalancheuse au bout de laquelle un entonnoir absorbe tout ce qui tombe. Pour l’heure ce puits extrêmement dangereux est déconseillé et une main courante doit être installée pour gagner la salle latérale d’où part le puits d’accès au bas.

Après enchainement d’une succession de puits (P9, R8, P8) on atteint le bas. Une vaste galerie descendante encombrée de blocs conduit au « ruisseau ». En période humide un filet d’eau s’échappe, vers une destination inconnue, par un tunnel caillouteux, bas et horizontal.

A l’Est une rapide escalade de 2,5 m débouche sur la salle du gour alimenté en eau par une imposante stalactite. 

Pour rejoindre la branche Ouest (A) il faut escalader à nouveau le rocher sur 2,5m. Cette branche se divise alors en 2 galeries opposées. Une vaste galerie Sud (B) descendante puis montante se termine sur un fond fortement concrétionné. Une étroite galerie Nord en faille (C) mène à une salle et se prolonge par un boyau montant étroit.

La cavité présente de nombreux autres départs tourmentés mais restés pour l’instant sans débouchés notables. Enfin il faut noter la présence d’une argile bien collante qui adhère parfaitement aux combis et matériels.

IV - Géologie & Hydrogéologie :

La carte géologique montre que l’aven est creusé dans les calcaires du Crétacé Inférieur, à l’extrémité d’une petite faille exactement orientée comme l’axe N/S de l’aven. La présence de rudistes est visible.

V - Toponymie :

Du nom du découvreur et/ou d'un mas voisin?

VI - Biospéologie :

 

VII - Fiche d'équipement :

Corde  60 m minimum pour la première partie

Corde 60 m pour la suite

Des spits neufs ont été posés comme indiqué sur le croquis

Le déviateur sous le menhir a été foré pour l’installation d’une cordelette

L’accès au réseau inférieur P9, R8, P8 met à profit les accrochages naturels

topographie: