Grotte Perdue

localisation géographique: 

coordonnées: 

Latitude: 42.8942985534668
Longitude: 2.8655500411987305

développement: 

340m

dénivellation: 

-26m

I - Historique :

L'entrée de la cavité a été découverte et entièrement désobstruée par l'E.S.R. (Gabriel GUITARD, Jacquy SAGUER et Jean-Louis BRY) en novembre 1988.

Une fois l'exploration effectuée, et devant la recrudescence du "tourisme spéléologique", les inventeurs décident de refermer l'entrée afin de protéger la cavité.

Après de nombreux mois de travail de sape, Jacquy Saguer accepte enfin de réouvrir l'accès à la grotte à condition d'en protéger l'accès: ce qui sera fait courant avril 2010, et  la pose d'une porte (trappe métallique) le 18 mai 2010.

II - Situation :

L'entrée de la grotte se situe au lieu-dit 'Le Pla de Périllos', au pied du massif résiduel du Serrat Mal, à une centaine de mètres à gauche (en se dirigeant vers le village de Périllos) de l'embranchement du Barrenc du Pla de Périllos.

Il s'agit à l'origine d'une toute petite entrée dans le lapiaz qui a été désobstruée, à proximité immédiate d'un beau puits de 2m de diamètre et profond de 7m, mais malheureursement obstrué par un éboulis en son fond.

III - Description :

Le puits d'entrée est profond de 12m pour un diamètre moyen de 1m à 1,5m, et bouché par un éboulis.

A 2m du fond, une fissure étroite permet d'accéder, en reptation, et après une virage à 90°, à un second puits de 7m de profondeur qui s'ouvre en fait en plafond 'une galerie de belles dimensions.

De ce point, la grotte se divise en deux réseaux :

- Le réseau Nord-ouest : il faut descendre l'éboulis basal du puits de 7m, et remonter un plan incliné terreux, qui se termine sur une trémie boueuse.

Avant la partie rétrécie de ce conduit, une étroiture au ras du sol, aggrandie par la suite, permet de poursuivre le cheminement par une galerie basse qui permet d'arriver à une salle de bonne dimensions (3x5m) au bas de laquelle s'ouvre un puits de 4m, obstrué par de la boue et des blocs ; une cheminée étroite surplombe ce dernier puits, et après 5m d'escalade permet de retrouver un conduit, d'abord étroit puis impénétrable, revenant vers l'ouest.

On peut également parvenir dans cette salle par une autre entrée (non topographiée) qui, elle, était toujours restée ouverte mais très étroite ...

Avant de parvenir à cette dernière salle, un passage bas dans la boue se poursuit en plan incliné et selon le pendage d'un inter-strate entre les marnes du bédoulien et les calcaires gargasien, direction sud-est, pour se terminer par une salle basse boueuse, à la côte -23m.

Quelques mètres avant ce terminus, un nouveau passage bas, permet d'accéder à une petit puits de 4m, aux parois instables, également obstrué par la boue et des blocs à la côte -25m.

- le réseau sud / sud-ouest : à partir de la base du puits de 7m, il faut emprunter un passage étroit, dans lequel arrive la trémie provenant du puits naturel, et mènant dans une belle galerie de 3 à 4m de large pour 5 ou 6m de haut, qui après une vingtaine de mètres, devient franchement ascendante pour se terminer, après un virage vers le nord-ouest, à la côte -12m.

Quelques mètres avant ce terminus, une passage surbaissé permet de visiter un tronçon de galerie, quasi-horizontal, de dimensions modestes (1m de large en moyenne), en direction du nord-ouest, et qui se termine sur un sol de glaise (... à quelques 70m de l'extrémité sud de la grande salle du Barrenc du Pla de Périllos !).

Au niveau du point bas de la galerie précédente (côte -18m), un passage dans le concrétionnement donne accès à la plus longue partie de la cavité, fort bien concrétionnée et ornée de belles concrétions excentiques, et qui se développe en direction du Sarrat Mal (direction sud / sud-ouest), sur près de 150 mètres.

Après un premier tronçon, la galerie se divise en 2 parties permettant de parcourir une boucle, pour se poursuivre avec des dimensions honorables (1,5m à 2m de large pour 3 à 4 m de hauteur) jusqu'à une petite salle, sur la bordure de laquelle s'ouvre un puits de 2m impénétrable ...

Après une courte étroiture, on accède à un nouveau tronçon de belle galerie, se terminant vers l'ouest par une cheminée, remontée à travers les coulées de calcite, sur une dizaine de mètres, avant de devenir impénétrable, et vers l'ouest par une courte escalade qui mène à un passage 'à quatre pattes' sur 5m avant d'aboutir sur la salle terminale (4x6m), par un ressaut de 4m.

Un début de désosbtruction dans le colmatage de calcite de cette dernière salle, a permis de sonder une puits d'une douzaine de mètres, défendu par quelques mètres d'étroitures à désobstruer.

IV - Géologie & Hydrogéologie :

La cavité se développe dans les calcaires urgoniens du gargasien inférieur, et actuellement la cavité est tout à fait fossile, et ne présente aucune trace d'écoulements récents.

On accède au contact avec les marnes du bédoulien dans la zone méridionale du réseau nord-ouest, qui plongent vers le sud-est avec un pendage de quelques 35°.

La galerie dans laquelle aboutissent les puits d'entrée semble être creusée à la faveur d'un réseau de diaclases, le tronçon situé après la trémie de jonction avec l'entrée naturelle, ne présente pas réellement de sol ; on semble plutôt y progresser sur des blocs blocs coincés et calcifiée, ce qui permet de reconnaître les petits puisards latéraux (5 et 7m).

Par contre, le tronçon provenant du Sarrat Mal, comporte un vrai sol (bien qu'actuellement entièrement recouvert de calcite) et de belles traces d'érosion en paroi comme en plafond, ce qui permet d'ouvrir la question de son fonctionnement passé :

en effet, la géologie seule ne permet pas d'expliquer ce creusement horizontal ; comme on l'à vu plus haut, on retrouve les marnes (niveau imperméable) au bas de la branche méridionale à la côte -20m, et elles plongent à 35°, ce qui devrait les situer au niveau de cette branche (en considérant ce plongement constant) entre 20m ou 30m plus bas, or ce réseau reste constant aux alentours de la côte -20m, tout comme la partie qui se dirige vers la salle du barrenc, située elle à la côte -16m ... fonctionnement qui semble se rapprocher du creusement de la galerie latérale du Barrenc du Pla de Périllos, également quasi-horizontale et à cette même profondeur, ou encore au tronçon de galerie parcouru à la base du puits du AO6, comme à celle de l'aven de la Vigne, toutes proches !

Ne faut-il pas alors émettre l'hypothèse d'un creusement durant une époque ayant connu un niveau de base fort relevé par rapport à l'actuel, qui pourrait alors expliquer cette prédominance à l'horizontale, peu commune sur la cuvette ?

V - Toponymie :

Le nom de Grotte Perdue est dû au fait qu'elle fut refermée quelque temps après sa découverte.

VI - Fiche d'équipement :

La cavité peut être équipée pour une progression sur corde, mais vu les peu d'obstacles, elle peut aisément se visiter avec 2 trains d'échelle de 10m afin d'équiper les puits d'entrée.

Le ressaut de 4m d'accès à la salle terminale est équipé en fixe d'un bout d'échelle souple.

topographie: