Aven Jean

localisation géographique: 

coordonnées: 

Latitude: 42.89459991455078
Longitude: 2.8587300777435303

développement: 

120m

dénivellation: 

-95m

I - Historique :

L'entrée de la cavité est découverte le 24 mars 1980 par Jacquy Saguer, et désobstruée le soir même en compagnie de Gaby Guitard ... L'exploration proprement dite aura lieu, sans tarder, le 30 mars 1980.

II - Situation :

L'aven, tout proche de l'aven du Figuier, s'ouvre à une dizaine de mètres au dessus du lit du Roboul, en rive gauche, au niveau du premier méandre prononcé que l'on rencontre, après l'aven du Roboul, en descendant ce talweg à partir de la route de Périllos.

III - Description :

Un méandre de surface, qui a dû faire l'objet d'une désobstruction, permet d'accéder à un premier puits de 23m qui aboutit sur un palier incliné, qui avait été aménagé d'une protection grillagée afin d'éviter que la terre et les bloc le constituant ne chutent dans le puits suivant.
Au bas de ce palier, une nouvelle étroiture a été dégagée, et amène en tête d'une série de puits enchainés de respectivement, 10 m et 27 m, séparés par un palier formé de gros blocs coincés dans la verticale, et calcifiés, au niveau duquel une courte escalade de 2m permet d'accéder à une lucarne où s'ouvre un puits de 8m au bas duquel on trouve une trémie provenant selon toute vraissemblance de l'aven du Figuier et obstrué en son fond par cet éboulis.
Au fond du P30, la cavité se sépare en 2 branches possibles :
- Un méandre descendant, entrecoupé de verticales (ressaut de 3m, 10m et 10m) mène à une zone rétrécie et boueuse, signant le point bas de la cavité à la côte -90m.
- Une étroiture désobstruée (et à nouveau aggrandie le 6 janvier 2013 ...), mène sur un conduit ascendant prolongée d'une cheminée de 6 m en haut de laquelle une étroite fissure s'ouvre sur un puits parallèle de 6m de profondeur obstrué par la calcite.

IV - Géologie & Hydrogéologie :

La cavité se développe dans les calcaires urgoniens du bédoulien inférieur ; elle est formée, pour ce qui concerne le puits d'entrée, à faveur d'un réseau de diaclases grosso-modo Nord/Sud, puis au niveau du P37, d'une belle faille, dont on arrive encore à discerner le mirroir sur la paroi opposée à celle de l'équipement qui permet de le descendre.
A partir de ce niveau, il semble que le creusement ait capturé les ruissellements provenant de l'aven du Figuier, tout proche, dont on retrouve probablement la suite depuis une lucarne située dans la partie haute du P37.
La cavité est maintenant fossile, on n'y distingue plus aucune trace de ruissellement actif, et elle présente un fort comblement calcitique.

V - Toponymie :

L'aven a été ainsi nommé en souvenir de Jean Ribas, décédé accidentellement quelque temps après sa découverte.

VI - Fiche d'équipement :

P23 : corde de 35m - 2 broches MC - 1S - 2 broches plein vide + 2 broches fractionnement à -15 + 2 broches au niveau du palier
P37 : code de 60m - 1S à l'entrée de l'étroiture + 2S en sortie de celle-ci (-2m) + 2 broches au niveau du palier à -10m + 2 broches de plein vide à -12m + 1S de fractionnement déporté à 8m du fond du puits.
R3 : corde de 10m - 2 broches au départ + 1 plaquette de fractionnement
P10 : corde de 35m - 2 broches + 1 S + 1S
P10 : corde précédente - 2 broches MC + 2 broches plein vide

VII - Bibliographie :

Récit et topo dans Quelque Part Sous terre n° 2 / 1980.

topographie: